Des dealers de New York vendant de l’herbe qui ressemble à de la glace aux enfants

Les marchands ambulants vendent leur herbe près d’enfants dès l’âge de 10 ans – avec des bourgeons camouflés pour ressembler à des bonbons ou des cornets de crème glacée – dans et autour de plusieurs écoles d’Inwood.

Jeudi, The Post a été témoin de la conclusion de trois accords différents au moment même où les cours étaient dispensés. L’un était sur Thayer Street, à quelques pâtés de maisons de la Amistad Dual Language School; un second s’est déroulé sur Academy Street, à quelques pas du PS 52 ; et le troisième était au coin de Vermilyea Avenue et de la 204e rue, au coin de la Washington Heights Academy.

“Ils sont partout – à chaque coin de rue”, a déclaré Tatiana Mahoney, directrice de l’engagement familial et communautaire à l’Inwood Academy, au Post.

New York a légalisé la consommation récréative d’herbe l’année dernière, mais la vente de marijuana est toujours interdite.

Pourtant, les fournisseurs de pots d’Inwood agissent comme des aboyeurs de carnaval effrontés, courant dans la rue et faisant signe aux voitures d’acheter un huitième de “gelato” – une souche d’herbe, pas la crème glacée italienne – pour 25 $. Ils mettent leurs pouces et leurs index sur leurs lèvres plissées pour imiter le fait de fumer et disent : « De quoi avez-vous besoin ? J’ai compris.”

Les revendeurs ciblent les enfants avec des menus colorés et des noms de variétés qui sonnent comme des bonbons.
JC Riz

Un revendeur a montré son approvisionnement – ​​un sac à dos rempli de pépites de marijuana emballées dans des cornets de crème glacée en plastique.

« Ouais, ils sont plutôt mignons, non ? » il a dit.

Mahoney a déclaré que les marchands de drogue audacieux ont commencé à apparaître en septembre lorsque la ville a repris les cours à l’école après 18 mois de cours en ligne.

Elle a dit qu’ils ciblent les enfants en affichant des menus colorés et en mettant leur herbe dans des produits sucrés, y compris des stylos vape aromatisés et des bonbons gélifiés.

“Ils sont vraiment comme des vautours après les enfants”, a-t-elle déclaré lors d’une récente réunion du conseil d’administration de la communauté. “Je vois des familles qui ont peur de vendre des fruits dans la rue parce qu’elles n’ont pas de permis, mais ces gens qui vendent de la marijuana, ça ne les dérange pas.”

Menu de marijuana à vendre sur Academy Street entre Vermilyea Ave et Sherman Ave.
Un menu de marijuana est vu sur Academy Street entre Vermilyea Ave et Sherman Ave.
JC Riz

L’inspecteur Peter Andrea, commandant du 34e arrondissement, a déclaré que ses officiers distribuaient régulièrement des citations à ces trafiquants et que le bureau des stupéfiants menait une enquête à long terme.

Les parents sont inquiets.

“Je n’ai jamais vu ma communauté couler à ce point”, a déclaré Pedro, qui n’a pas fourni son nom de famille par crainte de représailles de la part des revendeurs. “C’était mauvais dans les années 70, mais c’est pire maintenant.”

Leave a Comment