L’avortement est un problème de plus pour stimuler l’intérêt pour les courses judiciaires partisanes de NC :: WRAL.com

La décision imminente de la Cour suprême des États-Unis sur le droit à l’avortement braque les projecteurs sur les élections judiciaires partisanes de la Caroline du Nord.

Les courses à la Cour suprême de Caroline du Nord sont déjà devenues des affaires très médiatisées et coûteuses, et un siège ouvert à la cour cette année, ainsi que les batailles de pouvoir partisanes souvent litigieuses de l’État, ont déjà mis le feu aux campagnes.

On s’attend à ce que le tribunal joue un rôle continu dans les différends concernant le redécoupage, les droits des électeurs et le financement de l’éducation. L’avortement pourrait être dans son avenir.

Un projet d’avis divulgué publié lundi indique que la majorité de la Cour suprême des États-Unis est prête à annuler Roe v. Wade, mettant fin au droit fédéral à l’avortement et laissant les décisions de restriction aux États.

Avec un gouverneur démocrate à Roy Cooper, qui a opposé son veto aux restrictions à l’avortement dans le passé, les nouvelles restrictions seront difficiles à adopter pour les républicains de Caroline du Nord. Le GOP détient déjà des majorités dans les deux chambres de l’Assemblée générale de l’État, et avec chaque siège législatif à élire cette année, il est possible qu’ils puissent gagner une supermajorité et adopter de nouvelles lois sur le veto de Cooper.

Si cela se produit, il ne fait aucun doute que des poursuites judiciaires seraient intentées au niveau de l’État dans le cadre d’un ultime effort pour protéger les droits à l’avortement en vertu de la constitution de l’État. Cette possibilité augmentera-t-elle la participation aux courses judiciaires de l’État ?

“Cela devrait”, a déclaré l’ancien juge de la Cour suprême de l’État, Bob Orr. « Je ne pense pas que ce sera le cas dans ce cycle électoral. Mais cela augmente certainement la prise de conscience.

Les juges sont élus en Caroline du Nord via des élections partisanes, et deux mandats de huit ans à la Cour suprême de l’État sont en cours cette année, ainsi que quatre sièges à la Cour d’appel de Caroline du Nord et des dizaines dans les tribunaux locaux.

Les courses à la Cour suprême de l’État étaient déjà très disputées, sinon à l’esprit pour une grande partie du public votant. Plus tôt cette année, la majorité démocrate 4-3 du tribunal a invalidé les cartes électorales dessinées par la majorité du GOP de la législature, forçant un remaniement qui devrait aider les démocrates lors des prochaines élections à l’Assemblée générale, bien que les républicains devraient conserver leur majorité.

La Haute Cour est également impliquée dans ce qui pourrait éventuellement être une décision de plusieurs milliards de dollars sur le montant du financement de l’éducation requis par la constitution de l’État. Il est saisi de deux affaires d’identification d’électeur et il a décidé d’un certain nombre d’affaires au cours de la dernière décennie établissant l’équilibre des pouvoirs entre les pouvoirs exécutif et législatif de l’État.

L’avortement est une chose de plus. “Cela augmente probablement la prise de conscience générale de l’importance de qui est le juge”, a déclaré Orr.

Un sondage selon lequel la coalition anti-avortement NC Values ​​Coalition publiée fin mars a montré un intérêt limité, parmi les électeurs républicains, pour les courses primaires du 17 mai pour pourvoir les sièges de la Cour suprême de l’État. Quatre-vingt-deux pour cent ont déclaré qu’ils étaient indécis, et le candidat le plus élevé dans les sondages est arrivé à 8%.

“C’était effrayant”, a déclaré jeudi le directeur exécutif de la coalition, Tami Fitzgerald. “Je pense qu’au fur et à mesure que nous entrons dans les élections générales à l’automne, je pense que les électeurs vont se réveiller et réaliser que ce sont des courses importantes.”

Le groupe de Fitzgerald a fait pression pendant des années pour restreindre l’avortement en Caroline du Nord, et il prévoit de renouveler cette pression une fois que la Cour suprême des États-Unis aura finalisé sa décision, qui est attendue cet été.

La formulation finale du tribunal, et jusqu’où elle ira, sera la clé. Fitzgerald a refusé d’entrer dans les détails jeudi sur les projets de loi qu’elle aimerait voir promulguer par la législature de l’État, affirmant que la coalition “travaillera à établir un consensus autour des protections les plus solides possibles”.

Tout ce qui devient loi est sûr de voir une contestation judiciaire, mais Orr et Sarah Preston, avocate et ancienne directrice des politiques de l’Union américaine des libertés civiles de Caroline du Nord, ont déclaré que le libellé de la constitution de la Caroline du Nord ne semble pas offrir une protection plus forte de l’avortement. droits que la Constitution américaine.

Pourtant, “cela atterrirait sans aucun doute devant les tribunaux”, a déclaré Preston, le directeur exécutif de Lillian’s List, qui travaille à recruter et à former des candidates politiques.

“Mais je mettrais mon attention principale sur la législature”, a déclaré Preston. “C’est le premier champ de bataille sur cette question si l’opinion sort comme prévu.”

Leave a Comment